samedi 20 avril 2013

-MEHDI: Un irreverent, iconoclaste, révisionniste sur l'histoire des Gracie.

Image IPB

J' étais déja passé de nombreuses fois devant l'Académie de Judo de Mehdi au 411 de la rue R. Visconde de Piraja à Ipanema. Sylvio Behring me recommenda de rencontrer Mehdi. De nombreuses autres personnes me l'avait déja suggérer en disant. "Mehdi sait tout. Il il a toujours été là" ou quelque chose du genre.

Un jour en fin d'après-midi, je décidais d'y aller. La porte de son Académie était ouverte. Mehdi faisait la sieste sur le tatami, je frappe alors sur le mur pour lui faire savoir que je suis là, mais il savait déjà. Je lui dit que je vivais au Japon et que je voulais voir comment le judo etait pratiqué au Brésil. Cela lui plu.

Kastriot "George" Mehdi qui vivait dans la région de Cannes dans le sud de la France, était venu passez des vacances a Rio en 1949 et avait décidé d'y rester. Etudiant le judo en France, il voulait continuer la pratique de celui ci au Brésil. Si il y avait bien du judo à São Paulo du fait de la grande communauté d'immigrants Japonais qui y vit, à Rio, la chose qui se rapprochait le plus du judo était le jiu-jitsu.

L'entroit ou pratiquer était le 151 de l'avenue Rio Branco dans le district central, l'Académie de Carlos et Helio Gracie.

Mehdi s'inscrit.

A l'Académie, Carlos, Helio, Robson, Carlson, et les autres instructeurs mettaient surtout l'accent sur la lutte au sol parce que, disaient-ils, c'est plus efficace et plus réaliste. Dans un bagarre de rue ou une situation d'auto-défense, il fallait s'attendre a quatre choses. Tout d'abord, l'agresseur serait probablement plus costaud que vous. Deuxièmement, c'est lui qui allait attaquer. En troisième lieu, apres un échange de coups celui qui serait touché allait probablement s'agripper à l'autre pour éviter d'être touché un peu plus. Et quatrièmement, tôt ou tard, un ou les deux protagonistes allaient se retrouver au sol. Le système Gracie repose sur ces quatre hypothèses.
L'interprétation de Mehdi est différente. Les Gracie mettent l'accent sur le combat au sol parce qu'ils "ne savent pas comment projeter". Pourquoi salir vos vêtements, si vous n'en êtes pas obligé, dit Mehdi?

Mehdi estime qu'une bonne projection peut rendre le combat au sol inutile. Et même si la lutte se poursuit au sol, vous serez dans une bien meilleure position si vous venez de claquez votre adversaire au sol apres lui avoir fait faire un vol plané à deux metres de haut, peu importe la projection. Ukemi ou pas ukemi, ça fait mal.

Une projection correctement exécutée est aussi quelque chose de beau à voir explique Mehdi, alors que que garder quelqu'un entre ses jambes pendant toute la durée d'une bagarre ou d'un combat, est ok pour une femme en situation de survie de rue, mais est inconvenant pour un artiste martial entrainé. Romero Jacare ainsi que d'autres anciens élèves de Mehdi comme Sylvio Behring et Rickson Gracie, sont d'accord avec Mehdi sur certains points.
Toutefois me dit Sylvio, lorsque deux combattants combattent dans des règles qui les autorisent à rester dans la garde, il est inévitable que cela se produise. Ce problème est lié aux règles ou à l'arbitrage et pas aux techniques en elles memes. Mehdi etait entièrement d'accord. Ce sont les règles qui font du jiu-jitsu ce qu'il est et ce qu'il ne devrait pas être. C'est précisément ce qui ne va pas dans la discipline.

Il n'y avait pas seulement le fait que les Gracie mettent l'accent sur la lutte au sol que Mehdi n'appreciait pas, il y avait les Gracie eux-mêmes. "La bagarre et les mensonges. Je n'aime pas. Le Judo est sensé vous élever et faire de vous une personne meilleure, pas quelqu'un qui se bat dans la rue". Il cite comme exemple de mensonge l'épisode ou Helio Gracie avait annoncé qu'il entrainait un "champion" Français de judo. "C'était juste un débutant et pas un champion", dit Mehdi.

Toute personne qui regarde "Gracie in action 1 et 2" pourra avoir détecté un certain penchant de la part de Rorion pour exagérer les compétences et le statut des adversaires de sa famille et de ses "représentants". Dans la cassette, Rorion décrit les gars qui le défie ou qui ont accepté de le défier lui et ses frères aux États-Unis comme des "experts", des "maîtres", des "champions", ou tout au moins des "instructeurs". Alors qu'au Brésil, les Gracie décrivent généralement leurs challengers comme des palhaços (clowns).

Pour Mehdi le simple fait que les Gracie nomme leur art jiu-jitsu est une preuve de malhonneté. "C'est du judo" dit il.

Mehdi n'a pas pas tord en disant que les techniques de jiu-jitsu sont des techniques de judo. Mais les gars du Jiu-jitsu n'ont jamais pensés que leurs techniques venaient d'ailleurs. Au contraire, ils en sont fiers. D'ailleurs chaque récit de l'histoire des Gracie commence avec la rencontre de Carlos avec Mitsuo Maeda. Maintenant si effectivement vous pouvez voir beaucoup de techniques de jiu-jitsu sur de vieilles cassettes de Kosen Judo, vous ne verrez pas beaucoup d'entre elles pratiquées dans un dojo de judo. De plus, ce que vous ne verrez pas sur ces cassettes ou dans de vieux livres c'est la facon de les mettre en place. C'est là que les Brésiliens ont élevé le newaza à un niveau plus superieur.)

Mehdi abandonna l'étude du Gracie jiu-jitsu et se rendit au Japon immédiatement après la fin de l'occupation américaine en 1952. Il s'entraina entre autres avec Masahiko Kimura qui avait vaincu Helio l'année précédente. Il resta cinq ans au Japon en tant qu'étudiant à l'Université de Tenri à Nara. Le combat entre Kimura et Helio etait une farce (was a joke) me dit Mehdi. Kimura accepta de jouer le jeu pendant dix minutes de facon a en donner aux fans pour leur argent et ne commenca réellement à combattre qu'ensuite m'explique t il en imitant les déplacements et le jeu de jambes d' Helio pendant le match, exagerant sa maladresse. Apres treize minutes de lutte, Kimura finalisa Helio avec une clef d'épaule que les Brésiliens nomment maintenant "Kimura" en son honneur mais surtout n'appelez pas ca "Kimura" , me dit Mehdi c'est "ude-garami". Il y a aussi eu des discutions a propos de fixer le déroulement et l'issue du combat, mais l'ambassade du Japon avait prevenu Kimura que si il perdait, il ne serait pas le bienvenu de retour au Japon. Un certain degré de chorégraphie pouvait être accepté, mais pour le Japon si son plus grand champion venait à perdre contre gaijin (étranger) squelettique, ce serait trop.

Image IPB

Un autre exemple qui prouve le gout des Gracie pour l'approximation en ce qui concerne l'exactitude des faits, me dit Mehdi est que Kimura pesait 80 kilos et non 100 kilos comme c'est habituellement mentionné (il me montre alors une photo de lui en compagnie de Kimura au moment du combat, ils semblent être de la même taille et du meme poids, et Mehdi fait environ 1m75 pour 80 kilos. D'un autre coté, Kimura pesait 86 kilos pour son dernier shiai à Tokyo en 1949. Il est possible qu'il ait prit quelques kilos au cours des deux années entre les combats.)

Mehdi, qui avait reçu son 8 ème dan du Kodokan en 1979, n'etait pas seulement une encyclopédie de la technique (selon Cleiber Maia, lui meme ceinture noire de judo et jiu-jitsu et champion du brésil de lutte). Il fut également un grand competitieur et domina le judo brésilien pendant des années. Mike Swain (dont l'épouse est brésilienne et originaire de Rio) se rendit au dojo de Mehdi juste après avoir remporté le titre de champion du monde 1987 en catégorie 71 kilos. Swain était donc en pleine confiance. Alors qu'il travaillait une projection, Mehdi corrigea son grip. Swain eu l'imprudence d'inviter, ou d'apres certaines versions, de défier Mehdi a lui montre cela dans une situation de randori. Mehdi projetta alors Swain qui traversa la piece pour atterir contre un mur d'en face (cette histoire m'a été racontée a la fois par Sylvio Behring et Cleiber Maia, sans que ni l'un ni l'autre ne se rappel du nom du champion américain de judo). Mehdi me raconta cette histoire sans oublier de me citer ce que Swain avait dit a ses étudiants, "voces não sabem une sorte que voces tem em serem alunos do professeur Mehdi, com todo conhecimento e technica" [vous ne savez pas comment vous êtes chanceux d'avoir un enseignant comme Mehdi, avec toutes ses connaissances et sa technique].

Mehdi était réticent au fait de parler des Gracie. Ce n'est un secret pour personne à Rio qu'il ne les aime pas. Pourquoi écrire sur les Gracie, Alors il y a tant de grands champions Japonais sur qui vous pourriez le faire m'interrogea-t-il? Parce que je suis en train d'écrire sur le jiu-jitsu Brésilien, lui dis je. "Pourquoi?" me demanda t il, visiblement perplexe sur le fait que cela puisse interesser quelqu'un. Il était aussi réticent à l'idée de parler de lui-même, pour cette même raison. En fait ce n'était pas le jiu-jitsu en tant que tel que Mehdi n'aimait pas. Il aimait par exemple beaucoup Marcello Behring. Un jour il me dit que Marcello était meilleur que Rickson au sol. Mais Sylvio me dira que ce n'est pas vrai en ajoutant "Il ne faut pas oublier que Mehdi aimait mon frère et déteste les Gracie..."

Mehdi aimait la mentalité Japonaise autant que les projections, les clefs, les étranglements et les immobilisations qu'il enseignait. Mario Sperry, un de ses anciens étudiants me dira: "J'ai appris énormement de Mehdi, et pas seulement du judo et du jiu-jitsu, mais d'autres choses, comme l'honneur et le respect".

Peut-être etait-ce la mentalité Brésilienne, qu'il n'aimait pas? Non, car meme si il trouvait que les Brésiliens étaient indisciplinés (comparé aux Japonais, qui ne l'est pas?), Mais il les aimaient bien. C'est la Gracies eux-mêmes, quil n'aimait pas, et en particulier leur mentalité : mensonges et bagarres.

Il pensait également qu'il était ridicule pour quelqu'un qui est simple ceinture noire de prétendre à enseigner quoi que ce soit à quiconque. "Au Japon, un enseignant a besoin de 20-30 ans d'expérience avant d'enseigner". Je ne lui ai pas dit qu'il existe des endroits ou des gens enseignent le jiu-jitsu avec une ceinture bleue... Pas à Rio bien sur. Si au Japon, les enseignants ont 20-30 ans d'expérience c'est parce que le Japon compte de nombreux bons judokas, tout comme Rio compte de nombreux bons jiu-jitsuka. Je suspecte egalement Mehdi de ne pas se rendre compte qu'en jiu-jitsu, une ceinture noire représente six, sept ou plus d'années d'études, alors que les ceintures noires de judo, du moins au Japon, sont régulièrement attribués en moins de deux ans, parfois moins d'un.

Malgré le fait que Mehdi n'a jamais aimé Carlos, Helio et leurs frères, il ne s'est jamais opposé à enseigner à leurs enfants ou leurs élèves. En plus de Rickson et des Frères Behring, Carlson Jr., Mario Sperry, Murilo Bustamante, Wallid Ismail et beaucoup d'autres ont passé du temps sur le tatamis de Mehdi . Selon un instructeur de jiu-jitsu (également ancien élève Mehdi), Rolls Gracie lui-même appris le judo chez Mehdi.

Pour Mehdi il etait acquis que je voulais m'entrainer. "Où est votre gi ?", me demanda t il. J'étais prudent, si en judo, le "ju" veux dire "souple", il n'y a rien de souple a se faire projeter sur la tête ou en arrière a deux metres du sol. Cependant, je voulais apprendre et mieux connaître Mehdi, et il semblait avoir hâte de me voir participer à un cours, donc je le fis.

Tout le monde m'avait dit que les cours de Mehdi étaient intenses. L'échauffement était suffisant pour vous éliminer à vous si vous n'étiez pas en top forme. Ayant assisté a un cours je peux le confirmer. Le cours était celui de 18h à 20h30. La première partie de 30 minutes est consacrée a l'échauffement, la deuxième partie à une nouvelle technique (ou la revision d'une connue). La troisième partie pour les uchikomi traditionnels (mise en place d'une projection sans réellement l'effectuer ) et la quatrième pour le Randori (sparring libre, l'équivalent de "tourner" en jiu-jitsu). C'est ce qui se pratique dans tous les dojo de judo partout dans le monde. Cela dure plus ou moins une heure, mais ceux qui veulent, peuvent rester plus longtemps et continuer leur pratique sous la forme qu'ils préfèrent. Certains arrivent plus tard, et ainsi peuvent commencer par ce qu'ils veulent. En d'autres termes, ils peuvent sauter l'échauffement si il veulent. Certaines personnes arrivent en retard, d'autres partent plus tôt. Les enfants eux sont tous là dès début. Mehdi était assis sur un banc à discuter avec moi, en criant des directives, puis de temps en temps se levait pour corriger un élève sur une technique. L'échauffement fut dirigé par un adulte avec une ceinture noire et une queue de cheval. Quand les Uchikomi débutèrent il mit une genouillère ligamentaire à son genou. " Blessure de Judo?" J'ai demandé à Mehdi. "Oui", me dit-il, "et a son épaule aussi".

J'arrivais un peu tard le lendemain, dans l'espoir de manquer au moins une partie de l'échauffement (j'avais prévu de visiter l'académie Alexandre Paiva plus tard dans la soirée ou j'allais être invité à tourner, comme ça ne manquait jamais de se produire partout). Tout ce que je réussi à éviter c'est 30 tours autour du dojo, mais cela m'aida. Mehdi me présenta à ses élèves et dit qu'il allait donner un cours spécial en mon honneur, il me demanda ce que je voulais apprendre. Je lui dit, du newaza, et surtout la technique, que je les avait vu mettre en pratique le jour précédent, un étranglement en contre sur une tentative de seio-nage. Mehdi me montra également un autre étranglement très douloureux (qu' Alvaro Barreto m'a également montré quelques jours plus tard!) et une superbe variation sur Kimura qui fonctionne même si l'adversaire s'accroche à sa propre ceinture.

Que pensez-vous? me demanda-t-il après le cours. "Impressionnant, intéressant" dis-je. "J'aime le newaza", en ajoutant, "Le Nage-waza est dangereux" en pensant à son assistant ceinture noire avec la genouillère. "Oui", me dit Mehdi, je suis d'accord, "le judo est dangereux. Mais j'aime ca."

Je lui fit part de mon intention de combattre au tournoi "Internacional de Masters e Seniors" plus tard dans le mois, et lui demandai quelques conseils sur la façon de prendre un bon départ. Il me proposa quelques variations d'Hiza Guruma et les travailla avec moi. Cleiber Maia avait raison, ainsi que Sylvio Behring, Café, Mario Sperry, et Mike Swain. Mehdi savait beaucoup de choses.

Personne très intéressante ce Mehdi.

Image IPB

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire